Bolsonaro elu président ” pour changer le destin du Brésil

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Bolsonaro élu président “pour changer le destin du Brésil”

Le candidat d'extrême droite Jair Bolsonaro et sa femme Michelle à leur arrivée dans un bureau de vote à Rio pour le deuxième tour la présidentielle brésilienne le 28 octobre 2018Le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro et sa femme Michelle à leur arrivée dans un bureau de vote à Rio pour le deuxième tour la présidentielle brésilienne le 28 octobre 2018

Appelant à “changer le destin du Brésil”, le candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro a été élu président haut la main dimanche, avec 55,15% des voix, contre 44,85% pour son adversaire de gauche Fernando Haddad.

“Ensemble, nous allons changer le destin du Brésil”, a insisté l’ex-capitaine de l’armée de 63 ans, qui prendra les rênes du plus grand pays d’Amérique Latine en janvier, grâce aux suffrages de plus de 57 millions d’électeurs.

“Nous sommes le peuple indigné, exaspéré par la violence et la corruption. Le peuple a parlé. C’est la première fois que je me sens représenté”, s’est exclamé André Luiz Lobo, chef d’entreprise noir de 38 ans.

Sur la plage de Barra da Tijuca, de nombreux militants criaient aussi des insultes contre le Parti des Travailleurs (PT) de Fernando Haddad et son mentor, l’ex-président Luiz Inacio Lula da Silva, incarcéré pour corruption depuis avril.

“Les droits civiques, politiques, du travail et sociaux sont en jeu maintenant”, a-t-il dit. “Nous avons la responsabilité de représenter une opposition qui place les intérêts de la Nation au-dessus de tout”.

“Ceci n’est ni la promesse d’un parti, ni la parole vaine d’un homme, mais c’est un serment devant Dieu”, a-t-il poursuivi, répondant ainsi à ses détracteurs qui le voient comme une menace pour la démocratie.

“Le Brésil a été libéré du communisme, du communisme de Cuba et du Venezuela”, a scandé Sheila Sani, 58 ans, déployant un grand drapeau du Brésil.

Défenseur de la famille traditionnelle, il a reçu le soutien crucial des puissantes églises évangéliques et a indigné, par ses déclarations outrancières, une bonne partie des Noirs, des femmes et des membres de la communauté LGBT.

La campagne a été alimentée par des discours de haine et émaillée de violences, Jair Bolsonaro lui-même ayant été victime d’un attentat à l’arme blanche qui a failli lui coûter le vie, le 6 septembre.

Renata Arruda, 41 ans, a voté Haddad. “Je n’ai jamais vécu une élection aussi polarisée. Je pense que c’est à cause de Bolsonaro qui est quelqu’un d’agressif, de fou. J’ai très peur”, a-t-elle réagi en fondant en larmes dans un bureau à Sao Paulo.

“Il a toujours pris position pour discréditer les institutions démocratiques. Une fois au pouvoir, il pourrait mettre en oeuvre un vrai démantèlement de la démocratie”, a-t-il affirmé.

Pour Marcio Coimbra, de l’Université presbytérienne Mackenzie, le Brésil a des garde-fous solides avec “un parquet fort, une Cour suprême forte et un Congrès qui fonctionne”.

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »